L'ÉGLISE

                    A l'origine elle était de dimensions relativement modestes.
                        Elle a d'abord été dédiée à l'Assomption,, puis l'Immaculée Conception.
                        En 1586 elle était annexe de Ciamannaccia sous la responsabilité d'un Vicaire.
                        Visitée par Mgr Mascari, ce dernier constate de mauvais état de l'édifice : l'eau
                        s'infiltre par le toit, il n'y a pas de clocher. La cloche est attachée à un poteau.
 
                        En 1686 il est constaté que la messe n'est dite que les jours de fêtes par
                        un prêtre  payé par  le curé de  Ciamannaccia
                        Le visiteur apostolique est bien accueilli par les 230 habitants, mais est horrifié
                        de constater que l ces derniers sont si négligés sur le plan spirituel : les messes ne
                        sont célébrées que les jours de fête. Il n'y a ni prédication ni catéchisme, et les gens
                        meurent sans recevoir les sacrements et les secours de la religion ( "U Taravu" -
                        -Abbé Buresi - 10/11/1990 )
                                   
                        En 1812 il apparaît que le seul bien de l'église est un presbytère.     presbytere.jpg (28689 octets)
                        
                       Comme les autres églises de Corse elle possédait son ARCA,
                      
sépulture collective du village par excellence au cours du XVIIème
                       siècle, qui était devenu le lieu d'accueil privilégié dans la mort.
                        Il  s'agissait d'une construction voûtée, à ouverture étroite, dans
                        laquelle on précipitait les morts qui, s'ils perdaient leur individualité,
                        gardaient  leur identité communautaire.

                            A cette époque l'église de la Santa Nunziata, à Ciamannaccia ne possédait pas
                        moins de douze " archi ".

                            C'est à partir du XVème siècle que s'est répandue, en Corse, la pratique des enterrements
                        dans les  églises.  Au siècle suivant la constitution de Mgr SAULI, évêque d'Aleria imposait
                        d'ensevelir les morts dans les cimetières et non dans les églises, à moins d'avoir la permission
                         de l'évêque                                      

                           En 1776 un Edit Royal interdisait les sépultures dans les églises insulaires, et en 1789 un 
                        Décret de la Révolution ordonnait la création  de cimetières, sans grand succès en Corse.

                            Par Décret en date du 23 Prairial An XII ( 12 Juin 1804), Napoléon imposait l'établissement
                        de cimetières loin des églises et à 40 mètres des habitations en France.

                            Les Edits préfectoraux de 1818-1812 confirmaient les textes précédents, mais avec des
                        mesures
  coercitives, en raison d'épidémies de 1816 à 1818. Cependant des problèmes
                        financiers importants ne permettaient pas aux communes de s'y conformer sur le champ.
                        C'est ainsi que le 11.12.1812 la mairie d'Ajaccio interdisait les inhumations dans les églises et
                        chapelles rurales. Mais le cimetière actuel, " U cannicciu ", n'était inauguré que dix ans plus tard.

                            En 1830 le Préfet de Corse Jourdan du Var ordonnait la fermeture de toutes  les  "ARCHI ",
                        mais leur usage devait perdurer encore de nombreuses années.

                           En1884 l'écrivain Albert SURIER ( consulter le site de Ciamannaccia, sur la page Liens,
                        pour connaître sa description du mode de vie dans notre micro-région à cette époque
)
                      constatait la présence d' un
  mètre de  poussières dans l'Arca de l'église de cette commune.             
                            
                            A Palneca c'est un transport de Justice, ayant conduit à l'exhumation d'une personne victime
                         d'un meurtre, qui aurait contraint à l'abandon définitif de cette pratique.  

                        Extrait  de la délibération du  10 mai 1882 ( 70 ko )
      Dans la nuit du 6 au 7 mars 1882, un violent orage s'abattait sur le village, faisant disparaître   
     le toit de   l'église ( probablement couverte des bardots de hêtre traditionnels) et crevassant
     les murs.
     Pour faire suite aux doléances du curé Filippi et à une lettre de l'autorité préfectorale, 
     le conseil municipal, présidé par Joseph BARTOLI ( dit Manetta ), vu l'urgence, 
     et constatant la nécessité d'effectuer des travaux et au besoin de construire une nouvelle 
     église, autorisait le maire à contracter un emprunt de 20.000 Francs auprès du Gouvernement,
                            remboursable en  trente et une annuités par des ressources extraordinaires, c'est à dire
au moyen de coupes de bois à faire dans la forêt communale de Palneca.


                        En 1930 l'église était rebâtie à neuf par le curé du village, Preti ARRIGHI,  dont le souvenir est
                        demeuré vivace dans la région.
                        Un campanile imposant en pierres de taille de granit, mais sans flèche était édifié, remplaçant le 
                        chevalet en bois supportant les deux petites cloches.

                        Le 20 juillet 1941 les trois cloches actuelles, offertes par la municipalité, étaient bénies 
                        par Mgr Llosa, évêque de Corse, en présence des personnalités de l'époque.
                        Au son de la musique municipale d'Ajaccio, les cloches étaient hissées au sommet du clocher par
                        une  une équipe de marins mis à disposition des autorités religieuses par le commandant de la
                        Marine d'Ajaccio.
                        

cloches actuelles. (32Ko)




Cliquez sur l' image
Appuyez sur F 11

Ancienne cloche (60 Ko)

Ancienne cloche de l'église (24 Ko)

                        Une des deux cloches de l'ancienne église, fondues à Gênes en 1807, a été installée à la
                         Chapelle de San'Antonu, l'autre, un peu plus imposante se trouve à l'intérieur de l'église.

                        La municipalité actuelle a procédé à la réhabilitation du bâtiment et à l'édification d'une flèche
                         en granit.
                        La modernisation de l'électrification de la sonnerie des cloches s'est poursuivie.

                                                                                                                              

autel (17 Ko)

 L'église.jpg (35 Ko)

 Fresque (46 Ko)

                                              Un artiste russe, Choupik, réfugié dans la région
                                              de Vico d'où était originaire Preti ARRIGHI,
 
                                              a  peint, au-dessus du maître-autel, une fresque
                                               imposante et d'un extraordinaire réalisme de la
                                              .CENE .

                                               Elle est actuellement en cours de réfection
                                               par un peintre spécialisé

                                                restauration en cours

Cliquez sur une image

                        

l'eglise un jour de brouillard


 Maitre-Autel

 

Saint Michel

Le baptistere

La chaire

Ste Jeanne d'Arc

 

 

               LE MONUMENT AUX MORTS de la Guerre 1914-1918                      

 

 Il a été édifié à l'intérieur de l'église.                                                                                      
 Il est constitué de deux plaques de marbre portant les noms de                                                
                                                                                                        
 Victimes de la guerre 14/18 (49 Ko)                 
 54
enfants
de Palneca  MORTS POUR LA FRANCE :

BARTOLI Joseph          Lieutenant               
BARTOLI Eugène         S/ Lieutenant                 
BARTOLI François             Sergent                
BARTOLI Paul Dominique   Caporal              
BARTOLI Pascal                 Brigadier                
BARTOLI Decius                 Caporal             
BARTOLI Pierre François     Caporal             
BARTOLI Michel Antoine     Soldat               
BARTOLI Augustin               Soldat               
BARTOLI Pierre                   Soldat               
BARTOLI Noël                    Soldat               
BARTOLI Dque Antoine       Soldat                
BARTOLI Nicodème            Soldat                
BARTOLI Jean                     Soldat                
BARTOLI Paul Dominique    Soldat                
BERTONCINI Antoine Bourbon  Soldat        
BERTONCINI César Auguste      Soldat        
CIAVALDINI Théodore      Soldat               
FOATA Hercule                   Soldat               
FOATA J. Luc de Pierre       Sdt Fer             
FOATA Jean Luc                 Soldat               
LEONETTI Jérôme              Soldat               
MELIGARI Dominique         Soldat               
POMI Oreste                       Soldat               
SANTONI Sexto J.Luc        Lieutenant         
SANTONI César Napoléon S/ Lieutenant     
SANTONI Alfred                 Soldat
FOATA Hercule d'Antoine    Soldat

SANTONI Ange Dominique       Médecin Aide Major
SANTONI Simon Brand            S/ Lieutenant
SANTONI Xavier                       Sergent
SANTONI Jean Clément            Caporal
SANTONI César                       Caporal
SANTONI Philippe                    Caporal 
SANTONI Paul Joseph               Soldat
SANTONI Dominique F.cois       Soldat
SANTONI Jean Baptiste             Soldat
SANTONI Antoine Jean              Soldat
SANTONI Pancrace                    Soldat
SANTONI Noël                           Soldat
SANTONI Michel Ange               Soldat
SANTONI Luc                             Soldat
SANTONI Victor                         Soldat
SANTONI Pierre                          Soldat
SANTONI Mathieu                       Soldat 
SANTONI Félix                            Soldat 
SANTONI Xavier Michel              Soldat
SANTONI Simon                          Soldat
SANTONI François                       Soldat
SANTUCCI Mathieu                     Caporal
BARTOLI Pierre Paul                    Adjt. Chef
SANTONI Charles                        Soldat
SANTONI Dominique                   Soldat
SANTONI Ange Martin                 Soldat






                GUERRE CONTRE LA PRUSSE déclarée par NAPOLEON III
           

         Entre le 27 Juillet 1870 et la mi-janvier 1871,  4 Palnécais ont été tués :

           BARTOLI Achille
           SANTONI François
           SANTONI Octavien                                             et 20 ont été blessés

           SANTONI Simon

 

 

                            


                        LES VITRAUX
                  
   _____________

                            L'Eglise possède de magnifiques vitraux provenant du Petit 
                      Séminaire d'Ajaccio. 

                  

 La municipalité vient de faire effectuer des  travaux de
  rénovation, exécutés par une entreprise spécialisée, lors de la réhabilitation des murs extérieurs du bâtiment.

             

                            LES TABLEAUX DE LA PASSION DU CHRIST                           
            

 

Dix peintures à l'huile sur toile
représentant les principales étapes de la Passion ornent les murs de l'église.

 

 

 

 

 

Jésus devant Ponce Pilate.

" Je ne suis pas responsable de la
mort de cet homme "

Cliquez ( 41 Ko )



Vues partielles du cimetière communal
Cliquez  ( 31 Ko )