AUTRES LIEUX DE CULTE    


                    En Corse, la plupart des noms  de lieux antiques ont disparu, et ne font plus partie de la
             toponymie.

                   
Mme Morrachini-Mazel ( Archéologue, chargée de mission au CNRS), dans les cahiers
             CORSICA  de la FAGEC - 
LA CORSE SELON PTOLEMEE  - attribue ce fait, en partie, 
             à la christianisation  des sommets et des cols, ce qui a dû intervenir vers la fin du IVe siècle
             et le début du Vè siècle en  deux ou trois décennies.

                    Elle explique qu'à l'initiative du clergé et des moines anachorètes, on a changé 
   
         certainement le nom des points remarquables pour leur donner un nom de saint.

                    Et les lieux de culte qui devaient s'y trouver,  - préhistoriques ou romains - , ont été 
            remplacés par des chapelles chrétiennes portant un nom de saint, de prophète, d'apôtre, 
            de martyr célèbre, ou de moine du IVè siècle ( Sant'Antonu, ....).

                

 

 Chapelle de Santa Maria

                        Il existe au dessus du village, au lieu dit Santa Maria, quelques pierres et peut-être les
                         restes de fonds baptismaux de ce qui était connu dans les temps anciens sous le nom de
                         Capella di Santa Maria Assunta. Elle était toujours ouverte au culte en 1721.

                         La mémoire collective n'a pas conservé le souvenir de la fréquentation de cette chapelle,
                         qui était située sur la route de Ciamannaccia  à la Foci di Verdi , et appelée plus tard Santa
                         Maria Antica.

 

 Chapelle de San Petru   ( Saint Pierre )

                    Il s'agit d'une chapelle ayant existé au lieu dit Pian di San Petru à quelques centaines de
                    mètres de la Bocca di Verdi.

                    Le Procès Verbal de la comptabilité et de l'administration des comptes de la communauté
                     de Ghisoni en date du 2 Novembre1788 précise que les bergers de la Pieve de TALAVU


                                            Ruines de San Petru 

       
           et de BASTELICA avaient pour habitude d'offrir une bête à la caisse de la chapelle de 
                    San Petru, au lieu dit SAN PETRU DI VERDI, situé entre GHISONI et le TALAVU, et 
                    depuis peu ERIGEE en l'EGLISE PAROISSIALE DE GHISONI. 

                    C'est dans cette chapelle, assurait le poète corse Maistrale, qu'étaient  exécutées par le  
                    passé les sentences prononcées, à l'encontre des faux témoins, d'avoir la langue tranchée.

 

  Chapelle de Sant'Antonu   (  Saint Antoine  Abbé )
   
                        
Sant'Antone ( dans les parlers du Nord )

     
    

 La chapelle deSant'Antonu di
  Palleca
 est située en pleine montagne,
 dans une forêt de pins,  sur
 l'ancien chemin du Tàlavu au
 Fium'Orbu par la
   Bocca di Laparô 
   ( située sur le G.R. 20 )
.'
            Peinture de Michel Bailly











28 juillet1993

Mgr  Casanova
  conduit
la procession
  


La tentation
de St Antoine

( Peinture à
l'intérieur de
la chapelle )




                                        Ce bâtiment, de plusieurs siècles, aurait été habité par un ermite.
                    On y célèbre Saint Antoine Abbé le 28 Juillet qui correspond, en fait, au jour de la célébration
                    de la translation des reliques du  BEATO ANTONIO DELLA CHIESA  mort en 1459 , de 
                    son tombeau de Côme où les miracles se succédaient, à sa ville natale de San Germano le 
                    28 juillet 1810.

                    Saint Antoine Abbé est habituellement fêté le 17 Janvier comme par exemple à AJACCIO 
                    Saint Antoine du Mont,  situé au col du  même nom, où il était appelé par le passé
                    Sant'Antonu di la Furesta.

                    De tous temps les habitants du Tàlavu, du Fium'Orbu et de la piaghja ont effectué ce 
                    pélerinage. 
                    Des femmes montaient pieds-nus jusqu'à l'oratoire, d'autres faisaient le tour de la chapelle à
                    genoux en récitant des chapelets pour remercier le Saint ou demander une grâce..

                    Après la messe et la procession  u biatu Sant'Antonu, statue grossière en bois, était dépouillé
                    de ses vêtements pour être habillé de neuf. L'étoffe dont il était revêtu était découpée en de
                    tout  petits morceaux que le prêtre distribuait aux assistants qui se précipitaient dans une
                    grande cohue. Ce rite se perpétue encore aujourd'hui, et le morceau d'étoffe aux multiples
                    vertus est conservé toute l'année.

La statue en bois brut de celui que l'on nommait Sant'Antonu u Vechju, comportant uniquement  la tête sculptée, a été transformée par colorations à base de résines et adjonction d'un corps et d'attributs qui ne paraissent pas en conformité avec la personnalité du Saint vénéré. 

Sant'Antonu jusqu'en 1994

 Sant'Antonu depuis 1994

                    

                                         1995 . Monseigneur Lacrampe célébrant la messe
                                                                sous les pins centenaires

 

Procession
près de la
chapelle




 28 juillet 2001

Monseigneur Lacrampe concélèbre la messe au cours de laquelle, selon la tradition, il évoque la vie de

SAINT ANTOINE ABBE

28 juillet 2001-- CLIQUEZ !


Le village ruiné de  Sant'Antonu

                             Les planches du Cadastre de Palneca de 1882 signalent, à proximité de la 
                     chapelle, les vestiges d'un village ruiné. Ils sont très peu visibles aujourd'hui.
                                    
                                    Ce village se nommait
U LOPPIU (
Lo Lobio )

                                     L'abbé BURESI indique que, au XVII ème siècle, l'ermite de Sant'Antonu
                    di u Loppiu payait sa dîme au curé de Ciamannaccia

    

ruines

                            Des éléments de tradition orale recueillis en 1900, précisaient que ce village aurait 
                     existé depuis plus cinq cents ans et que ses habitants se seraient dispersés à Palneca,
                     Forciolu, Arbellara et Zévacu.

                            Quelques anciens se souviennent qu'une légende indiquait que ces habitants avaient dû
                     fuir du fait d'une malédiction intervenue à la suite de tirs d'armes à feu sur un pain
                     ( symbole à plus d'un titre), en guise de cible. 
                                                     " Hani tiratu u pani a u segnu ".

                            L'emplacement du village, situé à environ 1200 mètres d'altitude, jusqu'alors
                     relativement épargné par la neige, aurait connu des hivers rigoureux, avec des chutes
                     de neige très  abondantes, rendant tout séjour impossible.
                    
                            Toute légende comportant un fond de vérité,........

                            Peut-être est-ce la raison pour laquelle Palneca a  toujours souffert d' une réputation
                      sulfureuse.  

                             En 1881 Gaston VUILLIER, peintre et journaliste, montant visiter la chapelle de 
                      Sant' Antonu   sous la conduite de M. ABBATUCCI, écrivait : " nous apercevons Palneca
                      aux moeurs violentes ".

                                                - - - - - - - - - - - -

              
  Jean-Baptiste LECCIA, dan son ouvrage " La Haute Vallée du Taravo " indique que 
                    les importantes invasions sarrasines des IX° et X° siècles ont contraint les habitants du 
                     Bas-Taravo a trouver refuge dans les montagnes qu'ils fréquentaient depuis des
                     millénaires.     ( un habitat néolithique aurait été repéré à Palneca ...).

                        Par la suite les populations seraient redescendues, mais les poussées de malaria du XVI°
                     siècle, ainsi que les incursions barbaresques  de 1545 dans la région d'Ajaccio jusqu'au
                     dernier raid de 1660 à Olmeto avaient incité les populations à éviter de s'installer
                     définitivement dans les plaines du Taravo (
Les plus anciennes maisons connues de la Pieve 
                     de Talavo datent de cette époque
).

                        A compter du XVI° siècle le processus de redescente vers la côte se concrétise par la
                      formation de nouvelles communautés (
Albitreccia, Cognocoli, Pila Canali ).

                        Les raisons de ces départs sont les conditions de vie particulièrement difficiles en altitude
                       au cours des décennies précédentes :
   
                                     - Mauvaises années agricoles ( 1506, 1515,1517 )
                                        - Pluies diluviennes ( 1545, 1549 )
                                        - Sécheresses suivies de disettes ( 1660, 1670 )
                                        - Hivers particulièrement rigoureux des XVII° et XVIII° siècles.
                                  (Ainsi Olivesi aurait-il été fondé par une partie des habitants de Zicavo chassés par le froid)