Les Bains de Guitera : une richesse a exploiter

( I Bagni di Vutera )

 

 

        Ils sont situés à quelques kilomètres de Palneca et de Cozzano, sur le territoire de la commune de GUITERA, en bordure du Tàravo, non loin du Vergaghju, sur l'ancien chemin de transhumance.

        Si la source était connue de longue date pour des indications ponctuelles et locales, c'est à partir du XVIIIème siècle qu'elle commence a être étudiée et exploitée de façon artisanale jusqu'à ces dernières décennies.

        Le 19 février 1616 , lors de son interrogatoire par les commissaires génois sur sa participation au massacre des feudataires des Trois Pievi le jour de la SAN LARENZU, la caporal Abrà de feu Giovanni, de Bastélica, déclarait qu'il ne pouvait avoir participé à l'incendie de la maison de Vincentello BOZZI à Guitera car, expliquait-il , il ne s'était rendu dans ce village que 8 ans auparavant pour prendre "les bains" - le caldane o sian bagni - ( Les feux de la Saint-Laurent : A.M. Graziani et J. Stromboni )

     En 1792  C.F. VOLNEY, co-fondateur du Club des Jacobins et ancien secrétaire de l'Assemblée Nationale se rend en Corse où il passera une année à parcourir le pays, constatant  une situation déplorable qu'il décrit dans 
son  "
Précis de l'Etat de la Corse " : " Il n'existe en Corse aucune liberté politique ou civique ; la citadelle de Corte est une Bastille où  plus de 300 personnes ont été renfermées sans formalités ; il n'y a pas de feuille publique circulant dans le département, les journaux français sont entendus de peu de personnes......, les relations avec le continent sont lentes et interrompues jusqu'à deux mois de suite...Les élections se font toutes en armes, stylets, pistolets, souvent avec meurtre, toujours avec violence et schisme de la part de l'un des deux partis......

        Dans son  " Etat physique de la Corse", il mentionne certaines sources thermales, et cite celle de Guitera :
" Il y a encore des eaux thermales à Guitera,dans le canton de Talavo ; mais on n'y trouve pas même de bassin, et il faut s'y baigner dans la boue."

        En 1821 le docteur Peraldi, inspecteur des eaux thermales constate que : " il n'y a aucun bâtiment destiné à recevoir les malades : à leur arrivée, chacun d'eux forme un abri de broussailles pour se défendre des influences des nuits.  Les alentours sont marécageux et semblent donner des fièvres intermittentes, mais uniquement aux étrangers ; les gens du pays en sont exempts." - C.F. Volney  avait constaté ce même dernier phénomène en Corse en général, précisant : " Nous en avons fait de cruelles épreuves dans nos colonies de Galeria, de Chiavari, de Paterno, au camp des Lorrains, puisque de tous les sujets envoyés, il n'en survivait au bout de trois ans qu'un très petit nombre."

        Les malades se baignent dans un bassin en maçonnerie de forme sphérique, grossièrement aménagé au lieu dit  " I Caldani di Vutera ".

        En 1823 un petit bâtiment est construit à proximité du bassin. Des baignoires sont creusées dans le sol. Les curistes vont affluer au cours des années suivantes ( plus de 800 par an ).

Les Bains de Guitera au milieu du XIXème siècle.

(d'après un dessin de l'Abbé 
 J.A. GALLETTI )

        En 1853, à la suite d'un voeu exprimé par la Conseil Général, le Docteur Constantin James se rendait en Corse, missionné par le Ministère du Commerce et de l'Agriculture, pour y explorer les sources thermales et minérales.

        Concernant notre source, il écrivait :

        "Les eaux de Guitera sont à peine captées : elles jaillissent en plein air, et après voir traversé deux bassins, elles vont se perdre dans le torrent....
        "L'eau de Guitera est une des meilleures eaux de Corse. Une source seulement est utilisée. L'eau qu'elle fournit en très grande abondance a une température de 48°C. Bien que cette température diminue de quelques degrés pendant que l'eau passe du bassin où elle jaillit dans celui où l'on se baigne, elle reste cependant beaucoup trop élevée pour le bain. Aussi la durée de l'immersion ne peut-elle être que de quelques minutes.
       " La source de Guitera exhale une odeur d'oeufs couvés très caractéristique. Sa limpidité est parfaite ; sa saveur franchement sulfureuse avec un arrière-goût douceâtre. On aperçoit sur tout son parcours de longues trainées de barégine. Quant à la composition chimique de cette eau, je ne sache pas qu'elle ait été l'objet d'aucune analyse sérieuse. Tout ce que je puis dire, c'est que le soufre s'y trouve à l'état de sulfure de sodium et que les gaz qu'elle laisse dégager sont un mélange d'acide carbonique et d'azote.
       " Même absence de documents pour tout ce qui se rattache à sa partie médicale. C'est donc par voie de renseignements...qu'on peut arriver à quelque chose d'à peu près positif.

        " Les rhumatismes, les engorgements articulaires, les ankyloses incompétentes, les foulures, les vieilles entorses, certaines contractures spasmodiques des muscles, cèdent assez  rapidement à l'emploi de ces eaux. Il en est de même de la plupart des maladies cutanées. On les vante beaucoup également contre les affections de l'utérus caractérisées par la sensibilité vers le col, les pertes blanches, et de la pesanteur dans les reins....

        "Ce qui me fait bien augurer de l'avenir de Guitera, c'est que la source dont on fait usage aujourd'hui ne forme qu'une fraction tout à fait minime des richesses minérales de cette localité. En effet, à quelques pas de là se trouve une prairie où sourdent de tous côtés des courants d'eau sulfureuse dont la température varie de 40° à 55°, et qui se perdent dans les terres ou se jettent dans le torrent, sans qu'on en tire aucun profit. Ces courants m'ont paru provenir d'un même foyer souterrain, lequel doit être à une très petite profondeur, puisque, pendant la saison des foins, les faucheurs, dont l'habitude est de travailler pieds nus, sont obligés de changer de place à chaque instant, tant la chaleur du sol les incommode."   

        En 1877 il semble que l'on ait entrepris les fondements de l'établissement thermal à la suite d'une demande d'exploitation des eaux thermales ; le bassin est recouvert d'un dôme, pour recevoir les 90.000 litres, par jour, de débit.

      

bagni2.jpg (44701 octets) bagni4.jpg (27849 octets) bagni5.jpg (44772 octets) bagni6.jpg (41185 octets)  

Le bassin de réception

l'ancien établissement

le trop-plein dans le lavoir

le bassin (autre vue)

 
bagni7.jpg (34961 octets)

Les bâtiments anciens adjacents


-- Le site actuel des BAINS de GUITERA --

oo--Cliquez sur une image pour l'agrandir--oo

bagni8.jpg (37048 octets)


         Le 17 Août 1973, lors d'une conférence faite à Cervioni, le Docteur Alain GUERMONPREZ rappelait les propriétés thérapeuthiques puissantes des sources thermales de Corse.

        Concernant les EAUX SULFUREUSES,  SULFUREES SODIQUES,  auxquelles appartiennent  celles de la source de Guitera, il soulignait leurs principales indications :

                - Rhumatologie : rhumatismes chroniques inflammatoires
                                                   rhumatismes chroniques dégénératifs
                - Traumatologie
                - Dermatologie : acné, infections cutanées, ulcère variqueux, eczéma, psoriasis
                - O.R.L. : Rhinites, coryza chronique
                - Gynécologie : métrites
                - Urologie : Cystites
                - Ophtalmologie : conjonctives chroniques, blépharites ciliaires
                - La goutte chronique

        Cependant les cures en eaux sulfurées sont contre-indiquées :

                - Dans toute affection aiguë
                - Chez les cardiaques
                - En cas de prédisposition aux congestions et hémorragies
                - Chez les nerveux en période de crise
                - Chez les tuberculeux
                - Chez les goutteux en poussée aiguë
                - Chez les artérioscléreux
                - Chez les diabétiques
                - Pendant la grossesse
                - Chez les sujets très affaiblis.

 

           -o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o- 

 

  Nombreux ont été les Talavais, sédentaires ou vacanciers, à profiter des bienfaits de ces eaux qui, pendant longtemps, ont également fait office de bains publics à une époque où les salles d'eau étaient un luxe rare.

        Depuis une vingtaine d'année l'établissement thermal et les commerces associés sont fermés. L'établissement et ses installations sont délabrés, il est à espérer que les Bains de Guitera retrouveront un nouveau souffle, dans un développement à la hauteur de leurs qualités, à l'aube d'un siècle avide d'authenticité.


Retour page d'accueil